Cancer du colon : les symptômes qui doivent vous alerter

Cancer du colon

Le cancer colorectal reste longtemps difficile à détecter. En effet, aucun symptôme n’est apparent au début de son développement. 

Ainsi, on le détecte souvent très tardivement. Pour ce type de cancer ou toute autre pathologie, un diagnostic le plus précoce possible permet la meilleure prise en charge.

Les polypes et les tumeurs au stade initial passent en général inaperçus, de sorte qu’il peut s’écouler plusieurs années avant que des troubles n’apparaissent. On estime qu’il faut environ une dizaine d’années pour qu’une tumeur maligne se développe à partir d’un polype bénin.

Voici des symptômes qui doivent vous alerter et qui, s’ils s’avèrent récurrents, nécessitent des examens approfondis afin de diagnostiquer ou non un cancer du colon ou une pathologie proche :

  • la présence de sang dans les selles; le besoin d’aller à selle sans pouvoir déféquer,
  • une modification des habitudes de défécation,
  • des maux de ventre nouvellement apparus et persistants,
  • une perte de poids inexpliquée.

Les vaisseaux sanguins d’une tumeur intestinale se rompent facilement. C’est pourquoi la présence de sang dans les selles est le signe le plus important de cancer du côlon.
Un rétrécissement de l’intestin par la tumeur peut modifier les habitudes de défécation, par exemple sous forme de :

  • alternance de diarrhées et de constipation,
  • selles très fines, filiformes,
  • besoin fréquent d’aller à selle en déféquant des petites portions,
  • l’échappée inattendue de selles,
  • fortes flatulences sans déclencheur identifiable,
  • crampes douloureuses avant et pendant la défécation.

Si ces symptômes peuvent avoir une autre cause que le cancer du colon, ils doivent néanmoins être examinés par un médecin.

11 avril 2019